Une recrue répond à l’appel

Par: Maria Trace

  • Une recrue répond à l’appel

Que se passe-t-il lorsqu’un policier et son tireur rencontrent face à face la vérité?

Lorsque Carman Locke avait 10 ans, il savait avec certitude deux choses : « Je voulais être policier », et « Je savais que Jésus était ce dont j’avais besoin dans ma vie. »

1959 a été une grande année pour le petit Carman. Après avoir fêté ses 10 ans, sa famille a déménagé dans la communauté éloignée de Timmins, au nord de l’Ontario. Un jour, dans sa nouvelle salle de classe de 5e année, deux messieurs des Gédéons sont venus et ont remis à Carman un Nouveau Testament.

« Je le possède encore aujourd’hui », se souvient-il avec émotion. « J’ai signé la page de couverture en octobre, et vers la fin novembre, j’ai signé la dernière page, en donnant mon cœur à l’Éternel. »

« Lorsque j’ai signé ce Nouveau Testament, je crois que j’ai su que Jésus était ce que je voulais. Mais lorsque j’ai grandi, j’ai fait un tas de choses dont personne ne serait fier. »

Il a fallu que Carman frôle la mort pour qu’il retrouve l’engagement qu’il avait pris alors qu’il était enfant.

Le pire cauchemar d’une recrue

Malgré les protestations inflexibles de sa mère face à son rêve de devenir policier, Carman était déterminé. Mais une nuit terrifiante au début de la carrière de Carman a changé sa vie pour toujours.

« En 1976, je travaillais de nuit; cette nuit-là, j’ai entendu trois coups de fusil. Je suis alors parti enquêter. »

En stationnant sa voiture de patrouille dans une rue sombre, Carman a levé les yeux pour voir un homme appuyé à une fenêtre en hauteur, pointant un fusil droit sur le véhicule de Carman! Le cœur rempli d’adrénaline et de peur, la jeune recrue s’est accroupie au moment où une balle a transpercé la lunette arrière. Propulsée à travers l’appuie-tête du passager, la minuscule balle est ensuite tombée sur le siège. Juste à côté de Carman, stupéfait.

Même après quatre décennies, les larmes emplissent toujours les yeux de Carman et son menton frémit alors qu’il revit la nuit qui a failli lui coûter la vie.

Chaque mot est lourd de sens : « C’est uniquement par la grâce de Dieu que la balle ne m’a pas frappé. Cette nuit-là, chaque patrouille devait être constituée de deux hommes. Mais un des policiers était malade et mon partenaire avait été envoyé pour le remplacer. L’un de nous deux aurait pu être tué. »

Un double sauvetage

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Après une enquête préliminaire, le tireur a été condamné à une évaluation psychiatrique à North Bay. « Alors que cela allait parfaitement à l’encontre de la procédure normale, j’ai reçu un appel téléphonique me demandant si je voulais escorter le tireur avec un autre agent. À cause de l’argent supplémentaire que je recevrais, j’ai pensé, “Bien sûr, pourquoi pas?”

Au bout de deux heures de voyage entre Timmins et North Bay, l’homme qui avait failli mettre une balle dans la tête de Carman se racla la gorge et dit : “Je suis désolé, je n’avais pas l’intention de vous faire du mal.”

Alors j’ai tourné la tête vers lui et je lui ai répondu : “Ernie, je te pardonne.” »

Au cours des huit mois qui ont suivi, Ernie et Carman ont donné leur cœur au Seigneur. Les deux hommes avaient besoin d’être secourus. Les deux hommes avaient besoin d’un Sauveur rempli d’amour.

Aujourd’hui, Carman et Ernie travaillent tous deux pour Jésus-Christ. L’ancien félon est aujourd’hui pasteur, et l’ancien policier a visité l’église de son ami pour y jouer dans l’équipe de louange et pour y parler des Gédéons. « Et la semaine dernière, j’ai invité Ernie à prendre la parole à la banque alimentaire de mon église. Je cuisinerai de la nourriture, et il prêchera l’Évangile et partagera son témoignage. » Dieu seul pouvait planifier un duo aussi dynamique.

Plus que policier

Dieu a donné à Carman un nouveau rêve — plus grand que son souhait d’enfance d’être policier.

« Je crois que mon plus grand but dans la vie est d’aider les gens à venir à la grâce salvatrice de Jésus Christ. »

Après avoir donné sa vie à Jésus, Carman a été suivi par plusieurs mentors spirituels, dont l’un était membre des Gédéons. « J’ai tellement admiré cet homme », raconte Carman. « Je voulais être comme lui. »

« En plus, devenir Gédéon était l’une des meilleures décisions que je pourrais prendre en tant que Chrétien — pour distribuer des Écritures et voir les gens venir au Seigneur — parce que je savais quel impact cela avait eu sur moi, même à l’âge de 10 ans. »

Aujourd’hui, cela fait 10 ans que Carman est membre du chapitre de Timmins; il peut dire avec confiance que « mettre la Parole de Dieu entre les mains du peuple fait une différence énorme dans ce monde. Les Gédéons sont au front de la bataille pour les âmes du peuple. »

Un nouveau rêve pour la prochaine génération

Même s’il est aujourd’hui policier à la retraite, Carman ne ralentit pas pour autant. « J’essaie de ne pas ressembler à une personne âgée », admet-il. « Je sors parler aux adolescents et aux personnes de mon âge. Je peux jouer de la basse et de la guitare. »

Une adolescente en particulier a conquis le cœur de Carman — sa petite-fille. Au fil du temps, elle a vu la relation que son grand-père et sa grand-mère avaient avec Jésus. Il y a deux ans, elle leur a demandé de venir à l’église avec eux. « En la reconduisant chez elle un dimanche après le service, j’ai pu l’amener au Seigneur », raconte-t-il avec des larmes de joie.

Depuis lors, la petite-fille de Carman est heureuse de partager des Évangiles de Jean (fournis par son grand-père) à ses amis et à sa famille. « C’est excitant de partager ce que fait ma petite-fille — en plus,  je travaille avec elle et je l’aide », explique Carman. « Cela renforce ma foi. Au moment où je me sens déprimé, je regarde ma petite fille et cela me redonne de l’espoir. »

« Mon rêve pour les Gédéons est que plus de gens s’engagent. J’espère vraiment que nous réussirons à transmettre cette mission aux jeunes de l’âge de ma petite-fille pour qu’ils transmettent le message à leur propre génération. »

 

 


Voir plus d'histoires