J’AI TROUVÉ LA GRÂCE EN ISOLEMENT

Par: Rick Osborne

  • J’AI TROUVÉ LA GRÂCE EN ISOLEMENT

La première fois que j’ai été mis au « trou » pour m’être bagarré, je n’étais pas d’humeur à lire la Bible et je l’ai lancée hors de ma cellule en direction d’un gardien avant qu’il ne ferme la porte. Ces cellules sont très rudimentaires – une plateforme de béton comme lit, un trou dans le plancher comme toilette (ce qui lui attribue le nom de « trou »), un rouleau de papier hygiénique et un Nouveau Testament des Gédéons.

Àla fin de 1993, je me suis retrouvé assis sur une couchette d’une unité, à sécurité maximale, du pénitencier de Millhaven. Je venais juste de retourner en prison après ma libération désastreuse en société (libération conditionnelle) après presque 16 ans d’incarcération dans plus de prisons que je ne peux me rappeler. Dans ma main, j’avais trois grammes d’héroïne, appelée « goudron », que m’avait refilé un autre prisonnier.

Ce soir-là, j’ai réfléchi à ce que j’étais devenu et à la vie qui m’attendait. J’étais complètement désespéré de ma situation et j’avais décidé de me suicider. Plusieurs de mes « confrères » prisonniers avait choisi cette forme de libération et il me semblait qu’il n’y avait aucun autre moyen de m’échapper.

Déjà condamné à 20 ans pour plusieurs vols, possession illégale d’arme à feu, évasion et possession de stupéfiants, on a ajouté une autre année et demie à ma sentence pour avoir eu une arme à feu en ma possession lors de mon arrestation. En fesant le calcul, je faisais face à encore 10 ans de prisons, pour compléter ma sentence. 

J’étais un drogué, un traficant et un membre de gang. Personne ne se soucierait de mon départ : je ne manquerais à personne. J’étais devenu si dangereux que, lorsque j’étais en liberté conditionnelle, ma famille se cachaient dans des motels si j’allais dans leur ville. 

Je ne m’attendais pas à ce que Dieu change mes circonstances; ce n’est pas pour cela que je m’étais tourné vers Jésus-Christ. Je m’attendais toujours à mourir dans quelque bataille en prison, conséquences naturelles de mon activité dans les gangs. Mais je savais que je serais justifié et accepté par Dieu et qu’un jour mon père et moi allions nous retrouver ensemble au ciel. 

Je savais cela parce que j’avais lu le Nouveau Testament, surtout durant mon temps en isolement (c.-à-d.le « trou »). Je ne sais pas combien de gars lisent la Bible dans la population en générale, mais au « trou », nous le fesons.

La première fois que j’ai été mis au « trou » pour m’être bagarré, je n’étais pas d’humeur à lire la Bible et je l’ai lancée hors de ma cellule en direction d’un gardien avant qu’il ne ferme la porte. Ces cellules sont très rudimentaires – une plateforme de béton comme lit, un trou dans le plancher comme toilette (ce qui lui attribue le nom de « trou »), un rouleau de papier hygiénique et un Nouveau Testament des Gédéons. 

Après mon acte, j’ai été immédiatement retiré de ma cellule, le rouleau de papier hygiénique a été enlevé et j’ai été repoussé dedans. Alors que la porte se refermait, le gardien m’a demandé, « Maintenant, veux-tu cette Bible? » Réalisant rapidement que la Bible serait ma seule source de papier pendant les prochains 20 jours, je l’ai acceptée. 

C’est là que j’ai lu le Nouveau Testament pour la première fois, d’un couvert à l’autre. Je pouvais m’identifier au criminel sur la croix, à côté de Jésus, dans l’Évangile de Luc. Le criminel est parvenu à aller au ciel par la grâce seule, seulement en admettant son péché et en croyant en Jésus. J’ai compris alors ce qu’était la grâce et je l’ai demandée.


Rick Osborne est devenu un héroinomane à l’âge de 15 ans et est devenu l’un des criminels les plus recherchés à partir de l’âge de 24 ans. Il a passé 24 ans en prison, ici au Canada. Aujourd’hui Rick parle à des milliers de jeunes sur les dangers des gangs, de la drogue et des activités criminelles. Son histoire de rédemption lui permet de parler avec crédibilité et puissance, aux jeunes à risque élevé. Rick est l’auteur du livre White Noise et le fondateur de Thruth for Teens en 2005.


Voir plus d'histoires