Diriger Les Gens Á Celui Qui Sauve

Par: Marilyn Meyers

  • Diriger Les Gens Á Celui Qui Sauve

Quand le désastre frappe, Deborah est là. Quand des familles sous le choc ont été laissées restreintes au sol au Canada lors de 9-11, Deborah était là. Durant l’ouragan Katrina, quand les pompiers avaient besoin d’aide, Deborah était là aussi!

Vous vous rappelez des gens bloqués au Colisée de Moncton et au Centre Metro de Halifax pendant le désastre de 9 -11. Deborah était en charge et a maintenu l’ordre en réconfortant les familles anxieuses qui avaient besoin de rejoindre leurs proches, en fournissant de la nourriture en masse et de l’hébergement, et en s’occupant de leurs besoins personnels.

Le pire de l’ouragan Katrina, pour Deborah, était la senteur inoubliable de la dévastation laissée derrière – une combinaison nauséabonde d’usines chimiques, de produits domestiques, d’égouts et de corps morts. Elle était centrée surtout sur le soin du personnel qui arrivait, mais elle a aussi aidé aux pompiers de la Nouvelle Orléans aux recherches de porte à porte pour les gens laissés derrière.

Deborah collabore au sauvetage de gens en temps de crise, rétablissant l’ordre dans le chaos. Et maintenant, Deborah sauve des âmes. Dans le sociétariat des Gédéons, elle a trouvé une façon de partager l’espoir qui l’habite.

Jeune fille chez les Guides, elle avait entendu parler du Seigneur et depuis, elle grandi sans cesse dans sa relation d’amour avec Lui. Elle exprime une profonde appréciation pour les autres qu’elle aime aussi – Paul, son mari, et ses quatre enfants adultes, deux enfants pas alliance et sept petits-enfants.

Le travail rémunérateur de Deborah consiste à enseigner les premiers soins et le secourisme pour la Croix Rouge. Mais, au-delà de cela, elle sert le Seigneur comme ‘bénévole professionnelle’ pour ‘Victim Services Unit’ du département de police de St. John (7 ans) et pour les Services d’urgences et de catastrophes de la Croix Rouge (25 ans).

Elle aime son travail, mais ce qui la frustre dans son travail, c’est de voir des gens en crise sans pouvoir leur parler de Celui qui peut les sauver pour toujours. Elle doit rester impartiale et ne pas parler de Jésus. « C’est si triste, parce que les gens que j’aide ont besoin du Seigneur, » se lamente-t-elle. « Seigneur, utilise-moi pour faire ton travail, » a-t-elle commencé à prier.

Même si elle a toujours connu les Gédéons, son impression était qu’ils plaçaient des Bibles dans les hôtels et « avaient des cartes ». Deborah n’avait aucune idée de l’ampleur du travail des Gédéons jusqu’à ce qu’elle participe à un banquet, encouragée par son mari. Ce soir-là, elle a su que c’était la réponse à sa prière. C’était ainsi que Dieu pourrait l’utiliser à part de son emploi.

«  C’est cela que je veux faire. Je ne peux pas parler du Seigneur dans mon emploi, mais par les Gédéons, je peux disséminer la Parole aux autres. Je peux leur donner une Bible. Je peux leur dire que je suis Gédéon et cela ouvre des portes pour moi! Je porte des Bibles partout. J’en ai trois dans mon sac maintenant. Je suis aussi en formation pour parler dans les églises, » partage-t-elle avec entrain.

Le rêve de Deborah est de travailler un jour à l’étranger et de participer à une distribution d’Écritures pour partager la Bonne Nouvelle. « Peu importe où Dieu me veut! C’est mon rêve – d’accomplir la volonté du Père, » avoue-t-elle.

Bienvenue chez les Gédéons, Deborah Stewart! Puissiez-vous trouver la joie en secourant les gens pour l’éternité.


Voir plus d'histoires