Sauvé pour une raison

Par: Maria Trace

  • Sauvé pour une raison

Comment Dieu a racheté une enfance victime d’intimidation, une carrière de rêve et une tentative de suicide

Antony Lapointe, 27 ans, avait garé sa voiture et se promenait sur le trottoir en face de l’école secondaire de Richelieu (Québec). En attendant la cloche signalant la sortie des élèves, Antony se tenait là, des Évangiles de Jean dans ses mains, prêt à les partager avec des jeunes hommes et des jeunes femmes curieux.

Mais en regardant autour de lui, Antony a alors repéré dans le parc voisin une jeune femme assise sur une balançoire. Se sentant attiré, Antony s’est approché d’elle, un Évangile de Jean Lettre d’amour dans sa poche.

« Bonjour, j’ai un cadeau pour vous. Quand avez-vous reçu une lettre d’amour pour la dernière fois? » lui demanda-t-il.

Malgré les lunettes de soleil qui cachaient ses yeux troublés, Antony voyait les larmes qui menaçaient de couler le long des joues de la jeune femme. Prudente, Marie lui demanda : « Pourquoi me donnez-vous cela? »

« Je suis ici parce que Jésus m’a sauvé. Il y a cinq ans j’ai tenté de me suicider », poursuivit-il. « En fait, ce cadeau n’est pas de moi, mais de lui. »

En un instant, Antony a compris pourquoi Dieu l’avait poussé à abandonner son poste sur le trottoir de l’école; Marie venait d’admettre ceci : « Cette semaine... Moi aussi, j’ai tenté de me suicider. »

Mariée à un mari violent, Marie ne parvenait jamais à lui plaire. C’était alors le cœur lourd dépourvu de tout espoir que Marie était venue s’asseoir dans le parc en face de l’école secondaire, pour y planifier son départ définitif.

« Vous croyez en Jésus? » a demandé Antony. « Croyez-vous qu’il est ici avec vous aujourd’hui? »

« Peut-être... » a-t-elle balbutié, hésitante.

Antony poursuivit : « Il est ici. Il veut être près de vous; il veut vivre dans votre cœur! Êtes-vous prête à le recevoir? »

Assoiffée de paix et de guérison, Marie a alors simplement hoché la tête. « Oui, je suis prête. »

« Vous pouvez parler à Jésus. Il est celui qui vous aimera vraiment et qui vous comprendra toujours. Vous pouvez lui parler. Vous pouvez être en paix. » Réunis par un Dieu d’amour pour un moment précieux, les deux survivants du suicide ont alors prié ensemble.

De retour à son poste sur le trottoir regorgeant d’adolescents, Antony a alors décidé que l’Évangile de Jean n’était pas suffisant pour Marie. Il a attrapé deux Nouveaux Testaments dans sa voiture, un pour Marie et l’autre pour son mari. « C’est la vie de Jésus », a expliqué Antony. « Donnez ce Nouveau Testament à votre mari, quand il sera prêt. Si Dieu peut changer mon cœur, il peut aussi changer le cœur de votre mari. »

De la pauvreté à la richesse

« J’ai grandi dans une famille pauvre », commence Antony en racontant son histoire. « Ma mère a laissé mon père quand j’avais trois ans. Mon père ne gagnait pas grand-chose; nous n’avions pas de Nintendo ni tous les jouets que mes amis avaient. Je pensais que mon père ne m’aimait pas parce que nous n’avions pas toutes ces affaires. »

Victime d’intimidations à l’école, Antony a connu le rejet et la violence physique. Mais quand il a eu une petite amie à 15 ans, Antony s’est senti comme s’il avait gagné à la loterie avec quelqu’un qui l’aimait pour qui il était.

« Toute mon enfance, ma mère a eu beaucoup de problèmes. Elle a vécu avec plusieurs hommes. Elle consommait et elle était déprimée. »

« Mais quand j’ai eu 16 ans », continue Antony, « elle est devenue Chrétienne. » Croyant que c’était juste une autre phase — son fils n’y croyait pas — jusqu’au jour où sa joie s’était tellement propagée qu’elle en devenait contagieuse! Cela a été une grande joie pour Antony de voir enfin sa maman joyeuse et en bonne santé. Il est même allé visiter son église plusieurs fois, mais son cœur restait cependant fermé à l’Évangile.

Pendant cinq ans, la maman d’Antony lui a parlé de l’Évangile révolutionnaire de Jésus Christ, mais il avait ce qu’il voulait. À l’âge de 21 ans, Antony avait obtenu son diplôme de mécanicien, il avait une solide carrière, une petite amie qui l’aimait et il possédait en plus une maison et un camion. « Tous mes amis me regardaient et disaient : “J’aimerais tellement avoir ta vie.” »

La vie dans toute sa perfection. Cependant, tout a volé en éclats le jour où Antony a découvert qu’il n’était pas le seul homme pour qui son amie avait des sentiments. En colère, déprimé, abandonné, le jeune homme qui avait grimpé si vite au sommet s’est écrasé et a brûlé.

« À 21 ans, vous êtes censé vivre les meilleurs instants de votre vie. Moi, j’ai commencé à boire. Mon esprit était sombre » se rappelle Antony. Aucun des membres de la famille et des amis d’Antony ne s’est rendu compte de la profondeur de son chagrin ou de son désir de vengeance. « J’ai décidé que le seul moyen de me débarrasser de cette douleur était de les tuer tous les deux... puis de me suicider. »

Le jour où il a décidé de commettre deux meurtres et un suicide, la logique l’a emporté lorsqu’il a réalisé à quel point son idée était scandaleuse. Puis il a commencé à repenser aux paroles prononcées par sa mère au sujet de Jésus; il a alors tourné contre Dieu sa colère écrasante.

« Si tu existes, Jésus », a-t-il crié dans son salon, « alors montre-toi à moi! »

Puis, dans le silence dévastateur, « j’ai senti sa présence et je me suis mis à pleurer. La dépression a disparu et mon cœur a ensuite débordé de joie! »

Puisqu’il avait désormais besoin d’en savoir plus sur son Sauveur, Antony a commencé par fouiller son garde-robe, puis il a vidé ses tiroirs pour trouver le Nouveau Testament rouge des Gédéons que sa maman lui avait donné il y a de cela plusieurs années.

« C’est la première nuit où j’ai pu dormir en paix. Je me suis même réveillé en paix. Toute la colère avait disparu. »

« Après cette décision, j’ai ressenti une passion pour les âmes perdues », ajoute Antony. « Mais avec mon passé d’intimidation, je n’arrivais pas à regarder les gens dans les yeux. Lorsque j’ai fait du bénévolat pour le ministère de rue, Dieu me disait de parler à certaines personnes en particulier. Et quand j’ouvrai la bouche, Dieu m’utilisait simplement pour partager mon témoignage — comme avec Marie dans le parc. Je pouvais sentir la présence de Dieu. »

« C’est comme cela que j’ai découvert que Dieu voulait que je devienne évangéliste : le sentiment que vous ressentez lorsque vous amenez quelqu’un à Jésus-Christ est tellement puissant! C’est bien plus puissant que lorsque j’ai obtenu mon diplôme ou mon premier chèque de paie ou encore, lorsque j’ai reçu la clé de ma première maison. »

Au départ, le désir d’Antony était de devenir missionnaire en Afrique. Il a alors vendu tous ses biens. Mais Dieu a commencé à attiser dans son cœur un amour pour un champ missionnaire bien plus proche — sa province, le Québec, où moins de un pour cent des gens sont nés de nouveau.

Antony a un grand rêve : « Nous avons besoin de personnes pour partager l’Évangile », dit Antony. « J’ai un feu pour l’évangélisation! Je veux construire un ministère de rue et conduire partout au Québec pour y partager l’Évangile. »

Lorsque ce mécanicien a entendu parler des Gédéons, il s’est joint au chapitre Richelieu, ce qui lui permet d’avoir encore plus de copies de la Parole de Dieu. Auparavant, il achetait des Bibles ou les récupérait des objets perdus. « J’ai réalisé qu’il s’agit d’un partenariat qui assure un impact encore plus grand pour l’Évangile ».

Dans la nuit où Antony a failli faire la plus grosse erreur de sa vie, Jésus lui-même l’a rencontré dans son salon, le sauvant de la mort — et lui donnant une abondante vie d’évangélisation auprès des âmes perdues du Québec.

 


Voir plus d'histoires