Skip to content
Plus Qu’un Tiroir de Table de Nuit
Plus Qu’un Tiroir de Table de Nuit

Lorsque j’entends les gens décrire qui est ShareWord Global | Parole partagée mondialement, on parle généralement des Bibles déposées dans les chambres d’hôtel. C’est en effet notre héritage. Ce concept, qui consiste à laisser une Bible dans une table de nuit d’hôtel et de ne jamais savoir si quelqu’un l’a lue, voire remarquée, existe depuis plus de 100 ans.

Mais notre société et notre culture ont changé.

Nous sommes appelés à partager l’Évangile… Et pourtant, une action aussi simple s’avère réellement complexe à mettre en pratique, car dès que le monde vous voit une Bible en main, les esprits se ferment. Des murs sont érigés. Les regards se détournent et aussitôt, les personnes s’éloignent.

« Nous tentions déjà de trouver des moyens de créer des ressources bibliques plus pertinentes pour l’évangélisation et pour la distribution dans le monde d’aujourd’hui », declare Kelvin Warkentin, directeur du développement stratégique et des produits chez ShareWord Global | Parole partagée mondialement.

« La première revue biblique a vu le jour dans le cadre d’une expérience vécue par notre président de l’époque qui était assis à l’urgence alors que son beau-père se trouvait dans une situation critique. Il attendait donc dans la salle d’attente de l’hôpital et, en regardant autour de lui, il a constate qu’un tel endroit ne reflétait aucun signe d’espoir pour le monde qui faisait face à une situation difficile. »

C’est ainsi qu’est née la revue Espoir. Pourtant, personne ne savait quel accueil on en ferait. Le ministère n’avait jamais travaillé ainsi auparavant. Mais la revue a eu un succès tout à fait inespéré, au point que les stocks ont vite été épuisés.

« L’idée d’origine restait toujours la distribution de ressources bibliques. Notre monde n’était pas comme aujourd’hui, où tout est désormais une question d’évangélisation personnelle. À l’époque, il s’agissait simplement de trouver de bons endroits où déposer des revues bibliques. Nous avons très vite découvert que les membres allaient les distribuer un peu partout. On nous racontait que des personnes en avaient trouvé au salon de coiffure ou dans un garage de réparation automobile. »

Les revues bibliques étaient très bien reçues à travers le monde, et cela était indéniable. À Cuba, où la revue Esperanza (Espoir) a été l’outil principal d'évangélisation, les croyants ont fondé des églises Esperanza. Dans ce pays où il était difficile d’adorer Dieu et de fraterniser dans une véritable église, les croyants se rencontraient dans des maisons et se concentraient sur l’évangélisation.

Vous vous souvenez peut-être que certaines des lettres que nous diffusions nous parlaient de groupes Étincelle. Au Moyen-Orient, des personnes ont vu la revue Étincelle et ont constaté que les enfants avaient soif de l’Évangile. Elles ont donc transformé cette revue en un programme de 12 semaines conçu pour les enfants.

Ainsi, une simple revue a été transformée en bien plus. Ces croyants ont créé un livre complet pour les enseignants avec des activités à faire avec les enfants, des questions à poser, des scripts pour des jeux de rôle et des approches faciles à suivre pour répondre à toutes les questions que les enfants pourraient avoir.

Nous qui sommes au bureau, nous ne voyons pas toujours le résultat de nos publications ou des ressources qui sont développées. Alors, quand nous avons entendu parler des groupes Étincelle, j’ai demandé à Kelvin ce qu’il en pensait.

« C’est gratifiant. Il est évident que l’on désire que nos ressources soient utilisées, que leur valeur soit décuplée et qu’elles touchent le monde. Mon désir profond, c’est que le message que je publie touche les coeurs, résonne dans les esprits et soit diffusé. C’est comme une fleur de pissenlit sur laquelle je souffle et qui est transportée par le vent. Je me demande toujours où elle finira par se déposer, car son but est d’être plantée, de s’enraciner et de faire pousser un autre pissenlit. Je n’ai jamais pensé que des enfants arabes liraient un jour la revue Étincelle quand je l’ai créée. Je pensais en fait aux enfants canadiens.

Mais j’avais cependant cette idée de semer quelque chose, d’enraciner une semence qui grandirait et d’aider ainsi à façonner un enfant… Je suis ému quand j’entends des témoignages d’enfants qui ont fait partie d’un groupe Étincelle. Cela veut dire qu’un enfant a entamé la lecture de la revue. Cela signifie aussi que la peur qu’il pouvait ressentir auparavant a aujourd’hui disparu! Cela me ramène à ma propre enfance, et je comprends pourquoi je n’avais pas peur. Je savais que Dieu était là. Donc, même si j’étais seul ou si j’avais peur, je savais que Dieu était là avec moi. Je désire que les enfants d’aujourd’hui le ressentent également. Je desire qu’ils ne se sentent pas seuls. Je désire qu’ils comprennent qu’ils peuvent mettre la peur de côté. Donc oui, c’est toujours très gratifiant d’entendre de tels témoignages. »

Tout cela se passe dans des endroits du monde où l’accès à des Bibles complètes est très limité. Nous constatons que toutes ces revues bibliques, les revues numériques et les Bibles audio ont facilité l’évangélisation et permettent aux croyants et aux membres de notre ministère d’offrir une ressource adaptée à leur culture.

Or, nous devons également utiliser davantage ces ressources ici, en Amérique du Nord. Si les croyants ont de la difficulté à partager leur foi, c’est par peur d’offenser ou de ne pas être à leur place. Et pourtant, de telles idées sont bien loin de la vérité. Nous le voyons, une revue qui contient des versets bibliques facilite les conversations, parfois même bien plus que lorsque nous distribuons des Bibles complètes.

Cependant, ces revues bibliques ne sont qu’un tremplin. La plupart du temps, dans les camps de réfugiés au Moyen-Orient, les nouveaux croyants ne reçoivent que les revues. Après les avoir parcourues, ils communiquent avec un pasteur local, puis ils reçoivent ensuite leur propre Bible complète qui leur permet de continuer à développer leur foi.

Aujourd’hui encore, comme cela a été le cas en 2012, notre ministère est arrivé à un point où nous devons innover davantage. Le monde passe au numérique, et nous devons donc nous assurer que ces revues bibliques soient disponibles dans un format numérique pour faciliter le ministère partout à travers le monde, diffusant ainsi l’Évangile encore plus loin, et permettant aux personnes qui ont des déficiences visuelles ou qui ne savent pas lire de le découvrir également. De plus, il est bien plus facile de partager un code QR pour télécharger une revue lorsqu’il n’est pas possible d’avoir des revues imprimées. Cela peut même aider certains croyants à partager l’Évangile plus facilement.

Et c’est là que vous jouez un grand rôle. En effet, en Amérique du Nord, nous ne nous sentons pas toujours à l’aise de partager notre foi. Il n’est pas facile d’entamer la conversation. En effet, on se décourage vite quand les personnes à qui l’on veut parler sont fermées et nous empêchent de nous exprimer. Honnêtement, quand les croyants m’approchent dans la rue pour évangéliser, je ne me sens pas toujours à l’aise non plus, et pourtant, je suis chrétien.

Mais c’est à nous d’apporter la Bonne Nouvelle aux gens autour de nous. Voilà peut-être votre chance d’apporter l’Évangile dans votre quartier. Vous pourriez aider à créer des« églises Esperanza » ici, sous la forme d’un petit groupe de croyants. Parlez à votre église de votre idée, suggérez à votre pasteur de s’associer à nous si ce n’est pas déjà fait et lancez l’idée de créer un véritable réveil en Amérique du Nord.

Nous le disons sans cesse : ensemble, nous pouvons le dire au monde; or, le monde commence dans notre propre cour.

Prêt à faire un don?

Faire un don

Autres histoires d’impact

Évangélisation nationale : com...

Les humains gravitent naturellement vers les autres, avec des expériences partagées et des liens mut...

LIRE LA SUITE

Hommes de Dieu...

Enseignant au lycée et évangéliste de rue pour la première fois, Scott a apporté une perspective pro...

LIRE LA SUITE

« Ah, enfin! »...

Au cours de l’hiver 2021, certains membres de notre personnel ont participé à un événement ministéri...

LIRE LA SUITE

Vous avez une histoire à partager? Nous serions ravis de l’entendre!

 

Partager son histoire

Coordonnées

Courriel : info@sharewordglobal.com
Téléphone : 519-823-1140
Sans frais : 1-888-482-4253

Heures de bureau :
de 9 h à 16 h 30 HE,
du lundi au vendredi

 

Coordonnées complètes

 

 

Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance de l'ARC 108082991 RR0001

Canadian Centre for Christian Charities