Skip to content
Se préparer à se lamenter : Dave et Jacinda
Se préparer à se lamenter : Dave et Jacinda

Dave : À 40 ans, je l’ai enfin fait. J’ai fait un voyage de mission. Je dis « enfin » parce que j’avais appris quelque chose sur moi-même il y a 16 ans, pendant notre lune de miel. J’avais découvert que je n’aimais pas voyager!

Je n’avais pas aimé le pays étranger, la langue étrangère, la nourriture étrangère, le climat étranger... Je n’avais pas aimé être un étranger! Mais, 16 ans plus tard, le moment était venu, et ma femme Jacinda et moi avons participé au voyage GO au Nicaragua en mars.

Mes études, ma formation et mon expérience portent sur la théologie, l’apologétique et l’évangélisation. Ma femme est l’âme la plus sage et la plus douce derrière toute ma fanfaronnade, mais elle n’avait aucune expérience de l’évangélisation directe en tête-à-tête. La scène de l’angoisse était prête. Mes inhibitions et mon malaise à l’égard des voyages étaient en jeu, de même que l’anxiété et la peur de ma femme à l’égard de l’évangélisation.

Dans le cadre du renforcement et de la formation de l’équipe, les équipes GO participent à des séances quotidiennes de dévotion en groupe. Pour mon tour de préparer la dévotion, on m’a donné le thème de la « lamentation ». Je ne pouvais pas le croire. Toutes mes études théologiques et mes lectures ne m’avaient pas préparé à ce sujet. Grommelant dans mon souffle, je me suis mis au travail dans mon style habituel, en fouillant dans les ressources académiques.

Ma dévotion n’était pas très bonne. Tout le monde était aimable, et l’équipe a fait plus pour m’éduquer sur les profondeurs spirituelles de la lamentation biblique que je ne l’ai fait pour eux. Mes études m’ont toutefois permis de tirer deux enseignements importants :

1) À proprement parler, la lamentation n’est pas le deuil et le chagrin : elle en est un sous-ensemble. Plus précisément, c’est la partie du deuil et du chagrin où nous explosons émotionnellement et demandons à Dieu d’intervenir. Plus je le comprenais, plus cela me mettait mal à l’aise. Qui sommes-nous pour exiger quoi que ce soit de Dieu? C’est une activité qui ne sied pas à une personne de foi, n’est-ce pas?

2) Les Écritures sont remplies de prières de lamentation... y compris de la bouche de Jésus lui-même.

L’heure de la mission a sonné. Ce soir-là, nous devions visiter un hôpital pour la première fois et passer pièce par pièce. Non pas par manque de préparation, Jacinda était un peu nerveuse, et je me sentais inefficace suite à ma piètre performance dans la conduite des dévotions matinales.

Nous avons parcouru ensemble la revue Espoir, page par page, et discuté des psaumes qui pourraient être particulièrement utiles lors de nos visites à l’hôpital. Comme le temps nous manquait, nous avons commencé à nous précipiter sur les dernières pages de la revue. Nous avons accordé très peu d’attention au Psaume 139. De plus, nous connaissions déjà très bien ce psaume. Nous sommes allés à l’hôpital.

 

Jacinda : Il était logique que Dave et moi [parents de six enfants] allions dans l’aile réservée aux enfants. Cela m’a mis un peu à l’aise, car je sais que les enfants sont assez ouverts à qui veut leur donner de l’attention.

Chaque famille que nous avons visitée était très ouverte à ce que nous faisions là. Nous avons prié avec eux, nous leur avons laissé une revue Espoir ou la revue Étincelle pour enfants, et ils ont vraiment aimé ça.

Notre dernière patiente était une jeune maman, de peut-être 16 ou 17 ans. Ses yeux traversaient la pièce, et on voyait qu’elle était désemparée. Sa mère était sur le côté, tenant un nouveau-né.

Lorsque nous lui avons demandé pourquoi elle était à l’hôpital et si nous pouvions prier pour quelque chose en particulier, elle nous a dit que son bébé avait une pneumonie. Mais nous savions qu’il y avait quelque chose de plus qu’elle voulait dire. J’espérais faire le bon choix en encourageant la conversation.

C’est alors qu’elle nous a dit qu’il y avait un autre jumeau qu’elle venait de perdre. Et puis les lumières se sont allumées. Je pouvais le voir dans le regard de Dave : il savait pourquoi nous étions là.

Dave : Elle voulait désespérément la vérité. Elle était désespérément en quête d’espoir. Immédiatement, le Saint-Esprit a fait pression sur mon cœur pour que je passe au Psaume 139 de la revue Espoir et que je lui offre une vérité de la Parole de Dieu. L’enfant qu’elle pensait perdu à jamais ne l’était pas. Quel impact cela a eu!

Nous avons appris son nom : Michael. Nous avons démontré que l’amour de Dieu pour Michael était identique à l’amour qu’il porte à David dans ce psaume. L’espoir commençait à renaître dans son cœur, sous nos yeux. Sa mère hochait la tête avec passion et approbation pendant tout ce temps.

Puis ça m’a frappé. Maintenant que la Parole de Dieu avait établi certaines vérités et lui avait donné de l’espoir, elle était prête à franchir le pas qui l’attendait. Une lamentation. Je ne pouvais pas le croire. Toute ma préparation pour la dévotion aux lamentations, tout l’apprentissage et la sagesse du groupe ce matin-là, se sont cristallisés à ce moment-là.

Avec confiance, nous lui avons enseigné la lamentation. Nous lui avons donné la permission de crier à Dieu et lui avons montré des exemples dans les Psaumes eux-mêmes, grâce à la préparation que nous avions faite auparavant! Nous l’avons préparée à lire l’Évangile de Jean à notre départ et nous avons prié avec elle et sa mère. Que Dieu soit loué!DaveKenny

Après le retour en autobus à notre hôtel, Jacinda et moi nous sommes assis dans notre chambre et nous nous sommes regardés. Puis le silence s’est brisé. Après une profonde respiration et un sourire grandissant sur nos deux visages, il ne nous restait qu’une seule réaction. Nous avons commencé à rire! Nous sommes transformés maintenant, pour toujours.

Prêt à faire un don?

Faire un don

Autres histoires d’impact

Sans peur du noir...

Lors de ma visite en Asie du Sud, notre gestionnaire régional, Richard*, m’a raconté la fois où il a...

LIRE LA SUITE

S’ouvrir grand...

En juillet 2019, le gouvernement du Nicaragua a invité des représentants de ShareWord Global | Parol...

LIRE LA SUITE

Sur le boda-boda...

Deux de nos volontaires, Baker et Richard, qui servent dans la région nord-est de l’Ouganda, ont été...

LIRE LA SUITE

Vous avez une histoire à partager? Nous serions ravis de l’entendre!

 

Partager son histoire

Coordonnées

Courriel : info@sharewordglobal.com
Téléphone : 519-823-1140
Sans frais : 1-888-482-4253

Heures de bureau :
de 9 h à 16 h 30 HE,
du lundi au vendredi

 

Coordonnées complètes

 

 

Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance de l'ARC 108082991 RR0001

Canadian Centre for Christian Charities